lundi, 11 mars 2019 00:00

Défaite d'un locataire rebelle à Lausanne

Tribunal fédéral⋅ Bien qu'un propriétaire ait simplement avancé la demande personnelle d'un appartement comme motif de résiliation et qu'il l'ait loué à nouveau plus cher, le locataire concerné ne reçoit aucune indemnité. Le Tribunal fédéral a approuvé une plainte par le propriétaire zurichois.

Lors d'une audience publique tenue mardi, les cinq juges du premier département de droit civil se sont penchés sur un litige locatif qui a débuté en janvier 2013. À l'époque, un propriétaire avait résilié le bail d'une femme après 16 ans.

La femme n'a reçu un motif de résiliation que sur demande. Le propriétaire a fait valoir ses propres besoins. Il a déclaré que son fils voulait emménager dans l'appartement de quatre pièces et demie avec sa famille.

Le locataire a considéré le motif de la résiliation comme un prétexte. Elle a supposé que le propriétaire voulût relouer l'appartement à un prix plus élevé. Cependant, la femme a été défaite devant le tribunal de location. En octobre 2014, le tribunal a conclu que la résiliation n'avait pas été abusive. Le fils avait témoigné au tribunal qu'il emménagerait dans l'appartement.

En conséquence, le bail a été prolongé plusieurs fois à la demande du locataire. Fin février 2015, la femme a finalement emménagé dans un nouvel appartement. En mai, elle a découvert que son ancien appartement était offert à un loyer plus élevé d'environ 650 francs.

DOMMAGES RÉCLAMÉS

C'est pourquoi, après une procédure sans succès, la femme a déposé une plainte auprès de l'autorité de conciliation de Zurich auprès du tribunal des loyers. Elle a réclamé des dommages-intérêts d'environ CHF 14'500 pour le déménagement et pour le l'appartement qui coûte plus cher.

Le tribunal de location a partiellement statué en faveur de la femme et lui a accordé un montant d'environ CHF 11'000. Le Tribunal fédéral de Zurich a confirmé cette décision. Le Tribunal fédéral a toutefois annulé la décision.

Une majorité de quatre femmes juges ont fait appel du droit procédural. Ils ont noté que la décision du tribunal de location d'octobre 2014 avait jugé que le licenciement ne constituait pas un abus de droit. Cette décision était finale et exécutoire pour les tribunaux.

Selon les juges, le locataire aurait dû exiger une révision de l'ancien jugement dans le procès. Toutefois, ils ont admis qu'il n'y avait pas de motif suffisant pour contester la décision. En mai 2018, le fils avait été acquitté de l'accusation de faux témoignage.

COMPORTEMENT ILLICITE

Selon le juge perdant, cependant, l'essentiel de l'affaire réside dans le fait qu'il n'est pas possible d'exiger plus dans un appel que dans la procédure initiale. La procédure de protection contre le licenciement concerne la continuation de la location.

Mais comme ce n'était plus l'objectif de l'ancien locataire, il n'y aurait plus eu d'intérêt juridique digne de protection qui aurait dû être examiné par le tribunal. La locataire a plutôt exigé qu'elle soit indemnisée pour les dommages causés par l'avancement d'un faux motif de résiliation.

Le dommage lui avait été causé par la violation par le propriétaire d'une obligation accessoire contractuelle. La violation et donc l'illégalité consistait dans le fait que le propriétaire n'a pas indiqué la véritable raison de la résiliation à laquelle il aurait été tenu.

La publicité de l'appartement à un loyer plus élevé ne peut être considérée comme un motif d'appel pour la première procédure devant le tribunal de location. Seuls les motifs qui existaient avant le jugement mais qui n'étaient pas connus peuvent être invoqués pour l'appel. (arrêt 4A_563/2017 du 19.02.2019)

Lu 822 fois Dernière modification le lundi, 11 mars 2019 23:20
Comparez maintenant !

Bail commercial

Des questions ?

1000 caractères restants